Les mayas de nos jours

La chute de l’empire maya reste encore un mystère pour les archéologues. Plusieurs se demandent comment une société aussi évoluée pour son époque a pu disparaître aussi brutalement! Certains pensent que les conquistadors espagnols sont liés à leur disparition, alors que d’autres croient que les mayas ont mené à leur propre perte en s’entretuant. De plus, certaines études démontrent qu’une grande sècheresse a fait rage durant les années 440 à 660 dû à la diminution de la pluie sur le territoire. Cette période de sècheresse aurait donc entraîné de nombreuses guerres qui auraient mené à la disparition des Mayas vers les années 1100. Malgré leur disparition subite, les mayas ont laissé derrière eux une immense trace d’histoire, mais qu’advient-il de leur descendant?

Ils sont six millions, surtout répartis sur un territoire comprenant le sud du Mexique, le Guatemala, le Belize, le Nord du Honduras et du San Salvador. De nombreuses communautés mayas ont réussi à préserver leur identité malgré la mondialisation et la pression de la modernisation. Ils continuent de cultiver le maïs et de vendre leur artisanat dans les marchés. Cependant, certaines régions ont été, dans les dernières décennies, le théâtre d’affrontements politiques intenses causant un grand nombre de pertes de vie et entraînant une crise économique dévastatrice. De nombreux Mayas ont été tués dans des guerres civiles. Au Guatemala, ils ont été forcés de fuir leurs demeures et de chercher refuge au Mexique, aux États-Unis ou au Canada. De plus, la déforestation est également un problème pour l’héritage maya. D’après une étude faite par la NASA et la National Geographic Society, dans la seule période de quatre ans allant de 1988 à 1992, 1 130 acres de forêts ont été déboisés par des agriculteurs dans la région du Petén au Guatemala. Le Petén est pourtant la plus vaste étendue de forêt qui subsiste en Amérique centrale; le problème est devenu si aigu qu’en 1990, le Guatemala enclavait 40% du territoire de Petén pour en faire une réserve de la biosphère maya.

Heureusement, des groupes de défenses des droits de la personne exigent qu’on mette fin à ces injustices, et des mouvements tentent de trouver des solutions durables aux problèmes de la discrimination et du génocide culturel. Le WINAQ par exemple créé par Rigoberta Menchú, une militante guatemaltèque pour les droits des indiens. Cette plateforme regroupe de nombreux mouvements mayas à travers le Guatemala.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s